le 35
Banire

Bienvenue au 35
Psychothérapies et Bien-Être

La Thérapie des couples « IMAGO »

expliquée par le Dr Charles Herskowitz, Imago-thérapeute

I. Un peu de mon passé.

Américain né à New-York, j´y ai d'abord commencé une carrière scientifique, puis en Belgique où je suis venu vivre, j’ai terminé une Licence en Sciences Physiques à l’ULB en 1969. Peu après j’ai décidé de devenir psychiatre et ai fait les études de médecine et de psychiatrie à l’ULB. Je suis Psychiatre depuis 1987. Quant à la psychothérapie, j’ai suivi depuis 1981 diverses formations, la dernière en EMDR.

Depuis 2002, pour mieux travailler avec les couples j’ai suivi une formation en Thérapie Relationnelle Imago (TRI), créée aux Etats-Unis dans les années ´80 par Harville HENDRIX, Ph. D. Vous lirez plus à propos de cette méthode ci-dessous.

II. Mon présent

Actuellement, j’ai centré mon activité sur la consultation privée, en français et en anglais, à Woluwé St. Lambert. Les thérapies de couple y occupent une bonne moitié de mon temps.

Avec mon épouse, j’ai animé ces dernières années une quinzaine d’ateliers de weekend pour singles
et pour personnes vivant en couple mais venant seules. Durant les ateliers, les participant(e)s œuvrent à mieux saisir comment leurs blessures d´enfance ont influencé leur choix de partenaires et leur façon de contribuer aux dégâts dans les relations avec ceux-ci, et à acquérir certains outils de communication de la méthode Imago qui peuvent les aider à retrouver l’essence -- perdue au fil de leurs luttes -- de leur partenaire.

III. Comment ça se passe pratiquement en Imago-thérapie

  1. Il n´est pas nécessaire que les deux partenaires aient au préalable des objectifs communs pour commencer cette thérapie.
  2. Des changements concrets dans ce qui se vit maintenant sont visés. On parle du passé uniquement quand cela peut aider à débloquer quelque chose qui est coincé dans le présent.
  3. Les séances durent 90 minutes. L´intervalle entre séances est de 2 ou 3 semaines. A la première séance, les partenaires parlent chacun de qui ils sont et de ce qui ne va pas. A la deuxième, on leur enseigne l´outil de communication central de cette méthode : le Dialogue intentionnel ou D.i.(voir aussi III.bis, plus bas). Une fois que le couple a pu bien apprendre et bénéficier de cet outil en séance, nous leur suggérons un 1er «homework» : le faire seul chez eux autour d’un autre sujet.
  4. La «trousse à outils» Imago contient une série d´autres outils au-delà du D.i. de base. Ce sont toutes des procédures où un partenaire aide l`autre (et ensuite vice-versa) d´une manière bien déterminée. Les outils sont conçus pour donner un maximum de sécurité – pour qu´il y ait peu de risque d´aller plus mal qu´avant, de régresser de manière chaotique, de décompenser.

    En pratique, sur quoi travaillent les partenaires?

Quelques exemples:

(a) les malaises dans ma relation avec un parent quand j’étais enfant;
(b) les états de colère que je vis quand tu fais/dis certaines choses;
(c) comment ça se passe en moi quand je ne peux pas te pardonner après une grosse dispute;
(d) comment parvenir à être à nouveau avec toi après ton infidélité ?

III.bis Le Dialogue intentionnel dans la thérapie IMAGO

trois besoins essentiels de chacun lorsque deux personnes communiquent: être bien écoutée; être «validée» par l’autre comme ayant une logique compréhensible même si elle est très différente de la sienne; que la personne qui écoute parvient à un minimum d’empathie pour les sentiments/émotions qu’on vit.

Ces besoins sont depuis longtemps insatisfaits chez les couples qui consultent.

J’apporte de façon directive au couple des consignes qui vont favoriser la satisfaction de ces trois besoins. Les partenaires ont une grande liberté au niveau du contenu de ce qu’ils disent, mais mon coaching du «contenant» (= la manière de livrer ces contenus) est ferme et limitative afin que ces besoins ne soient pas négligés comme d’ordinaire.

 

Malgré le  côté artificiel du D.i. qui lui est régulièrement reproché, l’empathie mutuelle qu’il amène  le couple à vivre (fut-ce momentanément) -- à ce couple submergé dans ses luttes et fort distancié l’un de l’autre --, donne une nouvelle raison d’être au couple et l’impression qu’une richesse est à nouveau possible.

IV. Les bases théoriques de l´Imago-thérapie

HENDRIX a réuni plusieurs courants psychologiques et les a appliqué aux couples :

a) la psychologie développementale avec son démarquage de stades finement différenciés entre la naissance et l´adolescence;
b) la thérapie cognitive avec sa manière typiquement fort structurée d´intervenir ;
c) les neurosciences avec leur accent sur l´apport des parties différentes du cerveau ;
d) la psychanalyse pour son accent sur l´inconscient, les défenses de caractère et les conduites de répétition.

Son premier livre, «Getting the love you want» (1988) présente cette synthèse et contient une longue Appendice qui donne des moyens pour mettre en pratique, sans thérapeute, un processus proactif de développement au sein du couple. Traduction française : «Le couple : mode d’emploi», Paris, 2008.

Hendrix a publié en ´95 un court article de synthèse qui a été traduit en français comme « L´amour et le couple ». Ce texte, à la fois émouvant, précis et complet, peut se lire sous l'onglet "textes" de la partie en langue française de mon Site www.empathies.be.

V. Etapes d’une Imago-thérapie réussie

La première étape (env. 6-8 séances) : présentation par le couple de ce qu’ils vivent mal et application des outils à quelques foyers de souffrance; moments d’empathie en séance ; souffrance diminuée, crises graves plus rares.
Quand un couple continue au-delà de cette première étape, la deuxième étape typique (env. 4-6 s.) : découverte d’aspects méconnus de son partenaire (+ défi d´accepter ceux-ci au lieu de les maintenir exclus) ; outils de base + variantes plus avancées, peaufinées en séance. Le couple parvient à utiliser les outils, sans tiers, certaines fois lorsqu’un orage menace.

La troisième étape : grande capacité de résolution de problèmes fondée sur une coopération plus grande ; certains «ennuis» deviennent des occasions à apprendre du neuf ; augmentation de leur créativité face aux situations adverses ; chaque partenaire peut être de plus en plus totalement soi-même, y compris en montrant ses aspects «négatifs», sans craindre le rejet. Un climat d’acceptation s’installe

Dr. Charles HERSHKOWITZ
1200 Bruxelles
doc-hershkoNB@hotmail.com,
 00 32 - 470 / 400 110

www.empathies.be